Sophie Usunier / ART WORKS

sophieusunier@hotmail.com


2014

Epiphaneia ou l’oeuvre miroir de tous nos regards (Fr)

Jean Deloche

« Il faut que chaque monade soit différente de chaque autre. Car il n’y a jamais dans la nature deux êtres qui soient parfaitement l’un comme l’autre et où il ne soit possible de trouver une différence interne » écrit Leibniz dans sa Monadologie. De fait aucun grain de la grappe-miroir proposée par Sophie Usunier n’offre au spectateur une perspective identique, aucune boule ne reflète le monde de la même manière. Statique ou mobile autour d’une œuvre elle-même en rotation, chaque spectateur se voit et découvre son voisin sous un angle unique. Ainsi va l’Univers, combinatoire infinie d’atomes séparés par d’infimes variations ! Sophie Usunier joue avec une formule désormais convenue de l’art contemporain : c’est le regard du spectateur qui fait l’œuvre. Mais elle retourne ironiquement la formule puisqu’ avec Epiphaneia c’est aussi l’œuvre qui fait le spectateur : toutes les sphères semblent nous regarder, nous détailler, suivant des orientations différentes. Mais ce relativisme du regard est pourtant tempéré par une composition d’ensemble. Si chacune des perspectives proposées est singulière, toutes semblent se combiner pour former un point de vue universel auquel rien n’échappe. On peut risquer ceci que l’œuvre est la somme des points de vue de tous les spectateurs qui entreront sous la tente pendant la durée de l’exposition. Pour citer encore Leibniz : chacun percevant l’univers différemment « il y a autant de différents univers, qui ne sont pourtant que les perspectives d’un seul ». Le Monde de Sophie invite donc à un certain vertige métaphysique, mais interroge aussi très concrètement le mode d’existence des objets manufacturés. Rappelons-nous l’installation Les vents contraires présentée dans cette même salle il y a quelques années : elle associait de simples ventilateurs à des manchons à air. Sophie Usunier y affirmait déjà son goût pour les perspectives puisque chaque visiteur pouvait se laisser guider par un vent différent. Avec Epiphaneia l’artiste s’amuse cette fois avec un objet au symbolisme très connoté : « la boule de Noël ». Objet un peu « kitsch » qui peut provoquer aussi bien le rejet du trop vu (surtout en ce temps d’après les fêtes !) qu’une certaine connivence voire une fascination certaine en raison de la puissance hypnotique et narcissique qu’exerce sur nous la multiplication de ces miroirs sphériques. Miroirs qui, non content de nous renvoyer notre image, se réfléchissent aussi les uns les autres ! Ludique et ironique, l’installation est clairement animée par une intention plastique, comme si l’objet, séparé de son contexte festif et consumériste, pouvait retrouver sa puissance esthétique et symbolique. Avec Epiphaneia Sophie Usunier joue avec les emboîtements, les oppositions. La forme de la tente épouse la forme de la salle d’exposition conçue comme un reliquaire qui s’ouvre sur une châsse plus petite au sein de laquelle repose l’objet sacré. Entrant dans la salle, le spectateur est d’ailleurs invité à faire le tour de la tente avant de pouvoir pénétrer dans le Saint des Saints. Au centre, l’œuvre suspendue est à la fois lumineuse (concrétion de perles précieuses) symbolique (microcosme du cosmos) et dérisoire (agrégat d’objets de décoration) ; quant au reliquaire il est une simple tente de réception achetée sur catalogue. Une tente qui suggère l’intimité alors que les boules en rotation invitent nos sens et notre esprit à s’ouvrir vers l’infini. Et si l’emploi du mot grec Epiphaneia célèbre les fêtes païennes du retour à la lumière, la tente - habitation nomade et précaire - dans laquelle l’artiste nous invite à pénétrer, fait irrésistiblement songer à une autre «apparition» : celle qui nous transforme en santons d’argile, rois mages ou modestes bergers, ou, peut-être, si nous acceptons de nous laisser étonner par l’artiste, en simples « ravis » de la crèche remplis de joie et de reconnaissance. C’est la grâce que je vous souhaite... Bar-le-Duc, 7 février 2014


1/3

Next project: → Signs and persistence (Eng)

Previous project: ← Texts